Vol spécial vers l’Éthiopie : des renvois contestés

Un vol spécial affrété par Frontex à destination de l’Éthiopie a décollé dans la nuit du 27 au 28 janvier 2021 au départ de Genève. À son bord se trouvait notamment Tahir Tilmo, qui vivait à Genève depuis plus de cinq ans, Solomon Arkisso, résident du canton de Vaud depuis près de 7 ans, et Teklu Feyissa, établi depuis plus de dix ans à Fribourg. Deux autres personnes vivant dans le canton de Zurich devaient également être renvoyées de force, mais leurs renvois ont été suspendus, après que les avocat·e·s d’Asylex ont interpellé le Comité contre la torture des Nations unies et le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.

Plusieurs jours avant le renvoi, Tahir Tilmo et Solomon Arkisso avaient commencé une grève de la faim et de la soif, alors qu’ils étaient au centre de détention administrative de Frambois. Le premier y était détenu depuis le 7 septembre 2020 et une pétition, signée par plus de 1000 personnes, avait été déposée à l’automne dernier pour demander au Conseil d’État de le soutenir. Solomon a été arrêté le 19 janvier, dans les locaux du SPOP, alors qu’il venait renouveler son papier d’aide d’urgence. Quant à Teklu Feyissa, il a été arrêté et emmené à Frambois le lundi 25 janvier.

Plusieurs actions juridiques, de nombreuses démarches auprès des autorités genevoises, fribourgeoises et vaudoises, ainsi qu’une forte mobilisation citoyenne ont eu lieu pour essayer d’annuler l’exécution du renvoi. Sans succès. Dans la journée du 27 janvier, Tahir a été conduit aux urgences des HUG, en raison de la dégradation de son état de santé. Des dizaines de personnes s’y sont retrouvées pour créer une chaîne humaine autour des sorties de l’hôpital. Malgré son état, il a été transféré en soirée à l’aéroport. Sur place, la mobilisation s’est poursuivie, mais les requérants d’asile ont finalement été embarqués de force dans l’avion qui les a conduits à Addis Abeba.

Ce vol spécial fait suite à la signature d’un accord de réadmission conclu entre l’Éthiopie et l’Union européenne en 2018 et auquel la Suisse a pris part le 4 janvier 2019. L’accord date d’un moment où l’élection d’un nouveau premier ministre éthiopien donnait l’illusion d’une stabilité retrouvée, mais depuis, la situation a beaucoup changé et une guerre a éclaté au nord du pays. Amnesty International et l’OSAR ont ainsi demandé à la Suisse de renoncer aux vols spéciaux vers l’Éthiopie au vu des nombreuses exactions contre les droits humains qu’elles ont documentées.

Sources : Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR), « Renoncer aux retours forcés vers l’Éthiopie », 25.01.2021. Amnesty International, « Pas de rapatriements forcés de demandeurs d’asile en Éthiopie », 25.01.2021. Arrêt du TAF 2C_984/2020 du 7 janvier 2021. Conseil fédéral, Rapport sur les traités internationaux conclus en 2019, 27.05.2020 (FF 2020 5003 : p. 5097). Le Courrier, « En grève de la faim et de la soif », 25.01.2021. RTS, « Le renvoi par la Suisse de requérants d’asile éthiopiens est pointé du doigt », 26.01.2021. Le Temps, « Éthiopiens menacés de renvoi : des retours aux bases légales contestées », 26.01.2021. Tribune de Genève, « Tahir, terrifié à l’idée d’être renvoyé en Éthiopie », 26.01.2021. Le Temps, « Une expulsion de requérants contestée jusqu’au bout », 27.01.2021. Le Courrier, « Requérants renvoyés en Éthiopie ? », 27.01.2021. Le Courrier, « Des réfugiés renvoyés par vol spécial en Éthiopie », 28.01.2021. Le Temps, « Les renvois d’Éthiopiens : un “échec” pour les citoyens mobilisés, l’amorce d’un débat pour les politiques », 28.01.2021.

Communiqués : Ami·e·s de Tahir et Solomon « NON aux déportations vers l’Éthiopie ! Non au vol spécial du 27 janvier ! », communiqué, 22.01.2021. Ami·e·s de Tahir et Solomon, « Non au renvoi de Tahir ! », 25.01.2021. Ami·e·s de Tahir et Solomon, « Tahir et Solomon en grève de la faim et de la soif ! Stop renvois vers l’Éthiopie », 27.01.2021. Ami·e·s de Tahir, « Tahir expulsé : les autorités genevoises exécutent un renvoi inqualifiable ! », 28.01.2021. Ami·e·s de Solomon, « Des nouvelles de Solomon », 30.01.2021.

Cas relatifs

Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 12/07/2011

Un geste désespéré qui aurait pu être évité

« Ribkha », jeune femme érythréenne de 21 ans, demande l’asile en Suisse. Elle est renvoyée en Italie (renvoi Dublin). Sans aucun moyen de subsistance dans ce pays, elle revient en Suisse. Parfaitement informées de sa fragilité psychique, les autorités suisses décident de la renvoyer à nouveau. Au moment où arrive la police, « Ribkha » saute depuis le balcon du 3ème étage.
Cas individuel — 30/08/2010

Il cherche la sécurité, il trouvera l’exclusion
et les violences policières

« Umar » fuit l’Irak parce qu’il craint d’être assassiné comme son père. Les autorités suisses ne croient pas à son histoire et lui demandent de partir. « Umar », qui ne peut se résoudre à rentrer, reste en Suisse dans un centre d’aide d’urgence puis dans la clandestinité. En 2010, une tentative d’expulsion se solde par des contusions et un pied cassé. Récit d’une exclusion.
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?