Une famille réunie après 20 mois d’éloignement

Suisse, 01.06.2021 – Nos correspondant·es nous ont rapporté le calvaire d’une famille séparée durant des mois. La mère de la famille N., originaire d’Afghanistan, est arrivée en Suisse en automne 2019. Déclarée NEM Dublin vers l’Allemagne, elle doit lutter de longs mois afin de ne pas être renvoyée (sa mère réside en Suisse avec un permis), aidée par plusieurs associations de défense des droits des migrant·es. Pendant ce temps, son mari et ses trois enfants, âgé·es de 5, 8 et 11 ans, sont bloqués sur l’île de Lesbos, en Grèce, dans le camp de Moria, avec des conditions de vie catastrophiques. Une avocate grecque, engagée par une association en Suisse, parvient à obtenir le transfert de la famille vers Athènes en août 2020.

Dès la fin de la procédure Dublin de Madame N., en octobre 2020, une demande de réunification familiale est déposée. En janvier 2021, la demande est acceptée par la Grèce comme par la Suisse. Le 20 mai 2021, Monsieur N. et les 3 enfants arrivent sur le sol suisse. La famille est finalement réunie, 1 an et 8 mois après leur séparation.

D’après des personnes proches de la famille, ces longs mois d’attente et d’incertitudes ont beaucoup affaiblis psychologiquement la famille et il leur faudra du temps pour retrouver une stabilité. Ces personnes ont dû échanger à plusieurs reprises avec le SEM afin d’obtenir une accélération des procédures administratives (par exemple, en n’imposant pas aux enfants une quarantaine liée au COVID-19 loin de leur mère). Il convient de se demander si un traitement plus humain de la famille n’aurait pas été possible, afin de réduire cette attente.

Voir également: ODAE romand, «Réunification familiale depuis la Grèce: le SEM fait preuve d’une rigidité excessive au détriment de l’intérêt supérieur de l’enfant», cas individuel du 09.09.2020 ; ODAE romand, «A 15 ans, il est bloqué en Grèce pendant 10 mois avant de pouvoir rejoindre sa mère en Suisse», cas individuel du 20.07.20 ; Asile.ch, «Grèce-Suisse | Des regroupements familiaux qui traînent en longueur», 16.04.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 18/07/2022

Menacé de renvoi Dublin par la Suisse, il doit survivre dans la clandestinité

Franck* a fui son pays natal en raison de son orientation sexuelle. Arrivé en Suisse, il est frappé d’une décision de renvoi Dublin vers l’Italie et entre dans la clandestinité. Au cours de sa procédure d’asile, comme dans la clandestinité, Franck* est confronté à des conditions de vie difficiles.
Cas individuel — 12/10/2021

Quatre ans d’attente: le calvaire d’une femme lesbienne et de ses enfants

Une femme doit attendre quatre ans pour que le SEM reconnaisse son motif d’asile, alors qu’elle a fourni toutes les preuves des persécutions subies en raison de son homosexualité. Aucune demande de regroupement familial n’a pu être faite durant ce temps: ses enfants se sont trouvés isolés et en danger durant près de cinq ans.
Cas individuel — 09/09/2020

Réunification familiale depuis la Grèce : le SEM fait preuve d’une rigidité excessive au détriment de l’intérêt supérieur de l’enfant

La famille de Rachid*, admis provisoirement en Suisse depuis 2018, tente de le rejoindre depuis le camp de Moria, en vertu du regroupement familial dans le cadre des accords de Dublin. Malgré les demandes répétées d’accélération de la procédure de la part de la mandataire en Suisse et des avocates en Grèce, le SEM applique la procédure de manière tracassière, puis finit par capituler.
Cas individuel — 23/04/2013

L'ODM renonce au transfert en France d'une adolescente victime de prostitution

« Ayala », ressortissante d’un pays d’Afrique de l’Ouest âgée de 15 ans, est victime d’un réseau de prostitution à son arrivée en France en 2010. Parvenant à s’enfuir, elle dépose une demande d’asile en Suisse. L’ODM, qui rend une première décision de NEM, décide finalement de renoncer au transfert et entame une procédure nationale.