Un débouté tente de se suicider :
le TAF reconnaît son droit… à mettre fin à sa vie quand il veut

Un requérant d’asile irakien a fait une tentative de suicide suite au rejet de sa demande d’asile et à l’annonce de son renvoi. Il a survécu grâce à l’intervention d’un tiers, médecin, qui a pu lui prodiguer les premiers soins d’urgence. Un recours au TAF explique que le jeune homme souffre d’un risque suicidaire élevé (preuve en est sa tentative de suicide), et demande l’admission provisoire.

Dans son arrêt du 31 mai 2011, le TAF rejette cette demande, arguant que des mesures ont été prises dans son foyer pour que le jeune homme n’attente pas de nouveau à sa vie et que les possibilités de soins dans le nord de l’Irak n’ont pas été contestées. Le renvoi peut donc être exécuté.

Mais le Tribunal précise aussi que cet homme a le « droit de forger librement sa propre volonté sur la manière et le moment où sa vie doit prendre fin ». Et le TAF de citer un arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme, rendu au sujet d’une personne atteinte d’une maladie incurable qui voulait que lui soit vendu légalement un produit afin de mettre fin à ses jours.

Après les mesures de contrainte et l’exclusion de l’aide sociale, l’aide au suicide sera-t-elle la prochaine innovation des autorités pour se débarrasser des requérants d’asile déboutés ?

Cas relatifs

Cas individuel — 01/05/2018

Non-respect des droits prévus par l’ALPC : le Tribunal ne suit pas le Service cantonal

Dans l’ALCP et la jurisprudence de la CJUE, il existe un droit pour les enfants de poursuivre leur scolarité dans le pays où ils résident. Ce droit est clairement défini et pourtant le SPoMi veut renvoyer en Espagne « Maíra » et ses 4 enfants, après 6 ans passés en Suisse.
Cas individuel — 07/03/2018

Ils vivaient à la rue en Italie, cette réfugiée et son fils pourront rester en Suisse

Après avoir obtenu le statut de réfugiée en Italie, « Feven » s’est rapidement retrouvée à la rue. Enceinte, elle choisit de venir en Suisse en quête de meilleures conditions de vie pour elle et son enfant. Réfugiée reconnue en Italie, cette jeune mère est, à deux reprises, renvoyée vers ce pays et s’y retrouve à la rue avec son fils en bas âge. Plusieurs procédures juridiques plus tard, « Feven » et « Sebhat » reçoivent finalement une autorisation de séjour en décembre 2017.
Cas individuel — 27/05/2016

Un père arraché à son épouse enceinte et ses enfants

« Awat » habitait à Genève avec son épouse « Mariame » enceinte de trois mois, et leurs deux filles, « Melete » et « Awatif ». Enfin réunie après un long périple et un exil forcé, cette famille se voit à nouveau séparée, cette fois par les autorités suisses : le père est renvoyé en Italie. Le Tribunal ne retient ni son droit à la vie familiale, ni l’intérêt supérieur de ses enfants à grandir auprès de leur père.
Cas individuel — 13/01/2015

Admis « provisoirement » depuis 12 ans il ne peut pas voir sa famille en Allemagne

Titulaire d’un permis F depuis 12 ans, « Seyoum » demande un « visa de retour », document officiel nécessaire pour rendre visite à sa famille en Allemagne et revenir en Suisse. L’ODM refuse au motif qu’il dépend de l’aide sociale. « Seyoum » est comme enfermé en Suisse.