Suite – et fin ? – de la question de la santé des requérants d’asile dans le canton de Vaud

Lors d’une récente brève, l’Observatoire relayait l’inquiétude de plusieurs députés vaudois à l’égard de la santé des requérants d’asile dans le canton de Vaud. Ces préoccupations s’étaient notamment matérialisées par le dépôt d’un postulat qui fut ensuite retiré afin que la Commission thématique de santé publique du Grand Conseil vaudois dépose elle-même un autre postulat. Pour rappel, ce dernier, plus consensuel et adopté à l’unanimité par tous les membres de cette Commission de toute appartenance politique, proposait de demander au Conseil d’État de « rédiger un rapport permettant de faire le point sur la prise en charge socio-médicale des requérants d’asile hébergés dans le cadre de la mission de l’EVAM, ainsi que sur les moyens à mettre en œuvre pour leur garantir l’accès aux soins physiques et psychiques ».

Le 10 décembre dernier, le Parlement vaudois a été amené à se prononcer à ce sujet. Malgré le constat pour le moins alarmant des trois spécialistes médicaux auditionnées par la Commission (voir le rapport), les députés ont rejeté le postulat par 53 non, 52 oui et 8 abstentions. Selon un article du Courrier, « au plénum, le Conseiller d’Etat Philippe Leuba a estimé que le canton faisait suffisamment d’efforts pour l’asile, avec un budget de 130 millions par année. Il a rappelé que l’Etablissement vaudois des migrants (EVAM), surchargé, n’arrivait pas à prendre en compte tous les facteurs médicaux ».

Les députés auraient-ils finalement renoncé devant le manque d’ouverture du Conseil d’État ou face au constat qu’une meilleure prise en charge médicale requiert probablement des moyens financiers supplémentaires ?

Sources:

 Postulat Catherine Roulet au nom de la Commission thématique de la santé publique – Prise en charge socio-médicale des requérants d’asile, 18 novembre 2014.

 Ordre du jour du Grand conseil vaudois, 10 décembre 2014.

 Le Courrier, “Quand l’asile nuit à la santé mentale“, 11 décembre 2014.

Cas relatifs

Cas individuel — 26/07/2012

L’ODM veut la renvoyer après 10 ans de
séjour sans garantie qu’elle sera soignée

« Lany » réside et travaille en Suisse depuis 2002. Suite à un cancer du sein, elle a besoin d'un suivi médical rigoureux. Une enquête révèle qu’en cas de retour aux Philippines, les frais de traitement seraient à sa charge, ce qui signifie qu’elle n’aurait pas accès aux soins nécessaires. Mais l’ODM refuse de lui octroyer un permis B pour cas de rigueur.
Cas individuel — 24/08/2009

Des informations peu sérieuses qui auraient pu coûter la vie à une jeune femme

L’ODM s’appuie sur des informations erronées dans le cas d’une jeune femme dont la survie dépend d’une opération médicale de pointe irréalisable en Russie. Sans le travail du mandataire, le permis humanitaire lui aurait été refusé.
Cas individuel — 24/08/2009

Après avoir travaillé 18 ans en Suisse, il risque l’expulsion

Après 18 ans passés en Suisse, à bâtir routes, immeubles et maisons, "Alkan", travailleur sans-papiers, voit son renvoi prononcé par les autorités suisses.