Genève : Renvoi par vol spécial d’un rescapé de l’incendie des Tattes

Une correspondante du canton de Genève a informé l’Observatoire qu’un ressortissant russe sinistré lors de l’incendie du foyer des Tattes à Vernier a été renvoyé dans son pays par vol spécial, béquilles à la main, seulement quelques semaines après cet événement tragique (voir notre brève du 19 novembre).

Il aurait été arrêté en vue de son renvoi dans les locaux de l’Office cantonal de la population et des migrations, deux heures avant un rendez-vous chez son médecin pour une blessure qui date d’avant l’incendie.

La veille de son renvoi, alors qu’il était détenu à Frambois, il a pu obtenir un dédommagement de 500 frs de l’Hospice général pour les préjudices matériels subis lors de l’incendie.

Compte tenu du traumatisme que représente un tel incendie, le renvoi de ce ressortissant russe par vol spécial interpelle.

Dans Le Matin Dimanche du 14 décembre, le Conseiller d’État Mauro Poggia affirmait, à propos des victimes de l’incendie, que le canton de Genève n’allait « pas les renvoyer chez elles en chaise roulante ». Apparemment, un renvoi en béquilles ne pose par contre pas de problème majeur aux autorités cantonales.

(article mis à jour le 13.01.15)

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 15/01/2013

Plus de 6 ans d'attente avant que le TAF statue sur son cas

Suite à sa demande d’asile, « Tadele » reçoit une décision de NEM en 2002 et voit sa demande de réexamen rejetée en 2005. Il recourt auprès du TAF qui mettra plus de quatre ans à réclamer un complément d’instruction et près de deux ans à statuer sur la licéité du renvoi en Ethiopie.
Cas individuel — 24/08/2009

Des informations peu sérieuses qui auraient pu coûter la vie à une jeune femme

L’ODM s’appuie sur des informations erronées dans le cas d’une jeune femme dont la survie dépend d’une opération médicale de pointe irréalisable en Russie. Sans le travail du mandataire, le permis humanitaire lui aurait été refusé.
Cas individuel — 24/08/2009

Après avoir travaillé 18 ans en Suisse, il risque l’expulsion

Après 18 ans passés en Suisse, à bâtir routes, immeubles et maisons, "Alkan", travailleur sans-papiers, voit son renvoi prononcé par les autorités suisses.