Femme enceinte mise en détention en vue d’un renvoi

Le Centre de contact Suisses-Immigrés de Fribourg nous informe qu’un jeune couple a été placé le 12 avril en détention administrative dans le canton de Fribourg en vue d’un renvoi. Celui-ci a échoué car la femme, enceinte, a été victime de saignements au cours de l’arrestation et a dû être conduite d’urgence à l’hôpital. Son compagnon a lui été conduit directement en détention administrative. À sa sortie de l’hôpital quelques heures plus tard, la jeune femme a également été mise en détention, malgré sa grossesse difficile. Les médecins recommandaient « Rassurance et retour à domicile. Eviter les efforts physiques importants ». Malgré cela, la femme a été exposée au stress lié à la détention et au renvoi. Le jeune couple a été renvoyé le lendemain de leur mise en détention (le 13 avril). La police est venue les chercher à 4h30 du matin pour les emmener à l’aéroport.

Mise à jour (17.05.2011): nous apprenons après coup que, ce jour-là, l’avion n’a pas pu atterrir en Bosnie en raison de la neige. L’avion est donc retourné vers Zürich où le couple a passé une nouvelle nuit en détention administrative. Pour finir, le renvoi a eu lieu le lendemain. Le renvoi a été exécuté si rapidement que le couple n’a pas pu emporter ses affaires.

Cas relatifs

Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 30/08/2010

Il cherche la sécurité, il trouvera l’exclusion
et les violences policières

« Umar » fuit l’Irak parce qu’il craint d’être assassiné comme son père. Les autorités suisses ne croient pas à son histoire et lui demandent de partir. « Umar », qui ne peut se résoudre à rentrer, reste en Suisse dans un centre d’aide d’urgence puis dans la clandestinité. En 2010, une tentative d’expulsion se solde par des contusions et un pied cassé. Récit d’une exclusion.
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?