Covid-19 : des renvois ont lieu alors que Favra et Frambois sont en quarantaine

Nos correspondant·e·s nous signalent que des transferts de personnes vers les aéroports en vue de leur renvoi ont lieu, alors que les établissements de détention administrative de Frambois et de Favra sont en quarantaine.

C’est la deuxième fois en moins d’un mois que Favra est en quarantaine. La première fois, une personne détenue a été testée positive au Covid et a été envoyée en isolement à Champ-Dollon. Or, dans la même période, un ressortissant tunisien a été transféré à Frambois en vue de son départ. L’homme a ensuite été conduit à l’aéroport de Zurich pour un vol spécial, mais les autorités tunisiennes ont annulé son renvoi, car il refusait d’effectuer le test Covid. L’homme a été reconduit à Favra le jour même.

Depuis le 30 novembre, Favra est de nouveau en quarantaine, de même que Frambois. Le 29, une personne a été transférée du premier centre au second, en vue de son renvoi vers l’Italie. L’Italie exigeant qu’elle soit testée au Covid avant son départ, le test s’était révélé positif. Pourtant, dans la nuit du lundi 30 novembre au mardi 1er décembre, un autre renvoi a été opéré depuis Frambois vers la Belgique. Aucun test de dépistage n’a été effectué, étant donné que la Belgique ne pose pas cette exigence.

Alors que les établissements de détention sont en quarantaine, de tels transferts de personnes détenues, potentiellement infectées ou vulnérables, sont particulièrement problématiques. D’autant plus que, selon nos correspondant·e·s, les règles de distanciation sociale ne peuvent pas être respectées à Favra, en raison de l’agencement du lieu, et l’isolement des personnes testées positives est impossible.

Source : échanges avec des correspondant·e·s de l’ODAE romand

Voir également : Léman Bleu, « Un plan de protection défaillant à Favra », 04.12.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 08/07/2014

Placée en détention administrative, elle perd son enfant

« Soraya », originaire d’Érythrée, demande l’asile en Suisse. Comme elle a déjà demandé l’asile en Suède, elle est incarcérée en vue d’un transfert. Enceinte, son état de santé se détériore en prison et elle doit interrompre sa grossesse. Suite à ce tragique événement, le TAF impose l’application de la clause de souveraineté de l’accord de Dublin, annulant ainsi son transfert.
Cas individuel — 16/06/2014

Malgré sa collaboration,
l’OCPM le fait arrêter dans ses locaux

Après 10 années passées en Suisse et le rejet définitif de sa demande d’asile, le Togolais « Dodji » est arrêté à l’OCPM en vue de l’établissement d’un laissez-passer et de son renvoi avec épouse et enfants. Saisis, les juges cantonaux jugent cette arrestation disproportionnée.
Cas individuel — 28/05/2013

Il est illicitement détenu alors qu’il
collabore et accepte de quitter la Suisse

En 2012, « Lucas » est arrêté pour séjour irrégulier. Acceptant de rentrer au Brésil, il sollicite un délai pour préparer son retour, puisque son fils est scolarisé en Suisse. Après un refus de la part du Tribunal cantonal valaisan, le TF interrompt in extremis son renvoi et juge sa détention illicite pour non-respect des exigences légales en la matière.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.