Audition des MNA : l’ODM peut-il véritablement garantir le respect de leurs droits ?

Dans un arrêt récent, le Tribunal administratif fédéral détaille la manière dont doivent se dérouler les auditions en matière d’asile de mineurs non accompagnés (MNA). Tout d’abord, il est nécessaire que les personnes en charge de l’audition bénéficient d’une formation spécifique quant aux capacités cognitives de l’enfant et quant à la manière de l’interroger. Cette formation doit également permettre de mieux évaluer la vraisemblance de leur récit en tenant compte non seulement de l’âge mais aussi de la communication non verbale durant l’audition.

De plus, le Tribunal explicite le déroulement précis de l’audition. Celle-ci doit débuter par une présentation des personnes présentes. L’auditeur doit ensuite souligner l’importance que le mineur dise la vérité tout en l’informant qu’il a le droit de répondre qu’il ne connaît pas la réponse à certaines questions. Celles-ci doivent être ouvertes, afin de permettre un récit libre et suffisamment détaillé. Chaque changement de sujet doit être annoncé au préalable. Au besoin, pour se certifier d’avoir bien compris ses propos, l’auditeur peut reformuler les réponses données et demander au mineur de définir lui-même les termes qu’il a employés. Des pauses doivent avoir lieu de manière régulière, soit au moins toutes les demi-heures. Les réactions non-verbales de l’enfant doivent être prises en considération dans le déroulement de l’audition et mentionnées de manière détaillée dans le procès-verbal. Enfin, l’audition doit se terminer par des sujets plus légers, sans lien avec sa demande d’asile, afin de rassurer le mineur.

Quant à l’attitude de l’auditeur, celle-ci doit être empathique. Il ne doit pas ouvertement remettre en question le récit du mineur.

Dans le cas précis du mineur afghan âgé de 12 ans ayant fait l’objet de cet arrêt, l’audition s’est manifestement déroulée comme s’il s’agissait d’un adulte, sans tenir compte des prescriptions du Tribunal. Les juges fédéraux ordonnent donc à l’ODM de mener une nouvelle audition en respectant ses consignes, ceci dans les meilleurs délais compte tenu du caractère prioritaire des demandes d’asile émanant de mineurs non accompagnés (nouvel art. 17 al.2bis LAsi, entré en vigueur le 1er février 2014). Dans ce cas, l’ODM a préféré modifier sa décision et octroyer l’asile à l’adolescent.

Doit-on déduire de cette prise de décision sans nouvelle audition que l’Office n’a pas à l’heure actuelle les compétences en son sein pour mener des auditions respectueuses des droits des mineurs qui demandent la protection de la Suisse ?

Sources : TAF E-1928/2014, arrêt du 24 juillet 2014 ; décision de l’ODM du 31 juillet 2014.

Cas relatifs

Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 18/03/2014

Après 4 ans en Suisse l’ODM veut les renvoyer en Pologne

Gravement menacés en Géorgie, « David » et « Liana » cherchent refuge en Suisse avec leur enfant, après avoir séjourné en Pologne. L’ODM prononce une décision de transfert « Dublin » vers ce pays, confirmée 4 ans après par le Tribunal administratif fédéral en dépit de la naissance d’un deuxième enfant et des troubles psychiques de « David » et de l’aîné.
Cas individuel — 23/04/2013

L'ODM renonce au transfert en France d'une adolescente victime de prostitution

« Ayala », ressortissante d’un pays d’Afrique de l’Ouest âgée de 15 ans, est victime d’un réseau de prostitution à son arrivée en France en 2010. Parvenant à s’enfuir, elle dépose une demande d’asile en Suisse. L’ODM, qui rend une première décision de NEM, décide finalement de renoncer au transfert et entame une procédure nationale.