Le Conseil d’Etat vaudois répond aux questions relatives aux conditions d’hébergement en abri PC

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent, en particulier à Lausanne (voir le site du collectif Droit de rester pour tou-te-s ainsi que notre brève) ou à Genève (voir notre brève), pour dénoncer les conditions dans lesquelles vivent les requérants d’asile dans les abris de protection civile, le Conseil d’Etat vaudois a répondu à une interpellation à ce sujet du député Jean-Michel Dolivo et de trente cosignataires déposée le 16 septembre 2014.

Les députés vaudois relayaient notamment les propos d’une pétition rédigée par de nombreux résidents de ces lieux déposée auprès de l’EVAM au début du même mois de septembre 2014. Dans l’attente que les abris soient définitivement fermés, les migrants demandaient à ce que leur quotidien soit rendu davantage supportable :

 en pouvant accéder 24h sur 24 à l’abri,

 en diminuant le nombre de personnes par lieu d’hébergement et

 en ayant la possibilité de cuisiner en choisissant eux-mêmes leur propre nourriture.

Le 28 janvier 2015, le Conseil d’Etat a répondu à cette interpellation. Tout en reconnaissant les conditions d’hébergement comme « pas idéales », il a été souligné que ce type d’hébergement est actuellement « la seule solution existante pour pouvoir héberger tous les demandeurs d’asile attribués au Canton de Vaud » et que « l’EVAM est constamment à la recherche de solutions alternatives d’hébergement » – dont trois projets sont d’ailleurs en cours.

Par ailleurs, le Conseil d’Etat a déclaré que certains points pouvaient être améliorés et que des mesures avaient déjà été ou allaient être prises :

 les résidents pourront entrer et sortir librement entre l’heure d’ouverture de l’abri à 7h et la fermeture du matin ;

 cette fermeture du matin, fixée à 9h45, est prolongée dorénavant à 11h45 le week-end ;

 les mets seront diversifiés une à plusieurs fois par semaine en donnant également la possibilité de se restaurer à la cantine de l’EVAM ; et

 enfin, l’EVAM évalue actuellement la possibilité de mettre en place « une structure spécifique permettant aux résidents de préparer eux-mêmes leur repas de midi ».

Sources :

 Pétition relayée sur le site du collectif Droit de rester, 9 septembre 2014.

 Interpellation Jean-Michel Dolivo et consorts, « Des conditions décentes d’hébergement pour celles et ceux qui ont fui de graves persécutions, est-ce trop demander ?, 14_INT_289, 16 septembre 2014.

 Réponse du Conseil d’Etat, 28 janvier 2015.

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.