Condamnation pour séjour illégal : le Tribunal fédéral précise sa jurisprudence

Dans un arrêt de mai 2017 (6B_274/2016), le Tribunal fédéral a admis le recours d’un ressortissant guinéen condamné à une peine privative de liberté pour séjour illégal (art. 115 LEtr). Il a examiné si cette condamnation était compatible avec la Directive européenne sur le retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier (Directive 2008/115/CE) et avec la jurisprudence de la CJUE (en particulier les arrêts El Dridi, Achughbabian, Sagor, Zaizoune, Celaj, et Affum). Le TF conclut que le prévenu peut être condamné pour séjour illégal et qu’une peine pécuniaire peut être infligée, mais qu’il ne peut y avoir de peine privative de liberté si aucune mesure n’a été prise par les autorités afin d’exécuter le renvoi.

Source : Emilie Jacot-Guillarmod, La conformité à l’acquis de Schengen d’une condamnation pour séjour illégal, in : www.lawinside.ch/481/, 11 août 2017.

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 15/01/2013

Plus de 6 ans d'attente avant que le TAF statue sur son cas

Suite à sa demande d’asile, « Tadele » reçoit une décision de NEM en 2002 et voit sa demande de réexamen rejetée en 2005. Il recourt auprès du TAF qui mettra plus de quatre ans à réclamer un complément d’instruction et près de deux ans à statuer sur la licéité du renvoi en Ethiopie.
Cas individuel — 24/08/2009

Des informations peu sérieuses qui auraient pu coûter la vie à une jeune femme

L’ODM s’appuie sur des informations erronées dans le cas d’une jeune femme dont la survie dépend d’une opération médicale de pointe irréalisable en Russie. Sans le travail du mandataire, le permis humanitaire lui aurait été refusé.
Cas individuel — 24/08/2009

Après avoir travaillé 18 ans en Suisse, il risque l’expulsion

Après 18 ans passés en Suisse, à bâtir routes, immeubles et maisons, "Alkan", travailleur sans-papiers, voit son renvoi prononcé par les autorités suisses.